Tesla se lance dans la vente en ligne de voitures en Chine.

Capture d’écran 2014-10-25 à 08.11.01

Le constructeur californien de voitures électriques Tesla a ouvert une boutique en ligne sur Tmall, la nouvelle plateforme e-commerce d’Alibaba réservée aux marques.

Tesla sort ainsi de son circuit de vente habituel, à savoir son propre site internet et ses concessions en propre, et devient, après General Motors et Volkswagen, le troisième constructeur automobile à se lancer sur le site chinois Tmall.

Cette stratégie répond, probablement, aux dernières études qui montrent qu’un acheteur de voiture sur deux est prêt à l’acheter sur internet, ainsi qu’à la récente confirmation de l’utilité des sites Internet tiers pour la vente de voitures.

Nous faisons notamment référence au récent retour des géants américains de la distribution automobile Carmax et Auto Nation sur les sites Edmunds et Cars.com, les liders de la génération de « leads » automobiles sur internet. L’équivalent français de ces sites américain est le comparateur de prix de voitures CarDirect.fr

Carmax et Auto Nation avaient annoncé, en grande pompe, il y a quelques mois, qu’ils allaient abandonner la diffusion de leurs offres sur ces sites tiers et concentrer leurs budgets marketing sur le développement de leurs propres sites, mais ils ont dû se rendre à l’évidence et admettre l’utilité de ces sites et plate-formes pour capter des acheteurs dans les différentes phases du tunnel de conversion.

Le site chinois TMall appartient au géant Alibaba et est dédié uniquement aux marques qui souhaitent y ouvrir leur vitrine


Le site chinois TMall appartient au géant Alibaba et est dédié uniquement aux marques qui souhaitent y ouvrir leur vitrine

Les clients intéressés par une Tesla S pourront donc maintenant, avec un dépôt initial de 50000 Yuan (environ 6500 €), disposer de leur nouvelle voiture dans l’une des cinq villes suivantes : Pékin, Shanghai, Hangzhou, Chengdu et Shenzhen.

Il s’agit d’un système très semblable à celui que propose Autoreduc.com en France, où les consommateurs peuvent acheter leur nouvelle voiture 100% en ligne en réservant un coupon de 199 € qui sert de pré-réservation, l’acheteur pouvant ensuite retirer son véhicule chez le concessionnaire ou se faire livrer sa voiture à domicile par AutoRéduc.

Comme offre de lancement, Tesla se charge de l’installation de la borne de chargement dans le domicile de l’acheteur. Une offre complétée, dans plusieurs villes dont Shanghai, par une exemption complète de taxes d’l'immatriculation, soit 10 000 € pour la Tesla S. Le constructeur s’efforce activement de négocier des exemptions similaires dans plusieurs villes chinoises.

Jusqu’à présent, le modèle Tesla SP 85 est le modèle préféré des acheteurs chinois pour la gamme Tesla.

La page de Tesla sur Tmall avec l'offre de la Tesla S


La page de Tesla sur Tmall avec l’offre de la Tesla S, dans un style très proche de celui d’AutoRéduc.com

La collaboration entre Tesla et Alibaba est, par contre, plus ancienne, puisque les clients du constructeur automobile aux États-Unis étaient déjà capables de placer leurs acomptes sur le site officiel de Tesla via Alipay, un fournisseur de services de paiement d’Alibaba.

Elon Musk, le fondateur de la compagnie californienne reconnue par The Boston Consulting Group comme une des sociétés les plus innovantes au monde (seul constructeur automobile dans le cassement avec Toyota),  a reconnu, lors de sa tournée dans ce pays, que la Chine était « un marché extrêmement important » pour sa société.

C’est certainement la raison pour laquelle Tesla a déjà commencé à installer, en collaboration avec la China Minsheng Bank, pas moins de 200 stations de rechargement dans 20 villes chinoises. A Shanghai, l’on peut déjà les apercevoir dans plusieurs hôtels de luxe.

Le sud-africain Elon Musk, fondateur également de la société de fusées spatiales SpaceX et confondateur de Paypal, a par ailleurs laissé entendre qu’il projetait de produire ses voitures localement.

Tesla propose également sur Tmall un jeu-concours pour tester la Tesla S et gagner un smartphone


Tesla propose également sur Tmall un jeu-concours pour tester la Tesla S et gagner un smartphone

Le constructeur de voitures élactriques, véritable « outsider » dans l’automobile et dont la valorisation a déjà dépassé celle de plusieurs géants comme PSA ou Fiat, semble placer beaucoup d’espoir dans ce circuit de commercialisation en ligne et espère obtenir le même succès qu’avait rencontré la marque aux Etats-Unis à ses débuts. C’est, en tout cas, une occasion pour Tesla de parfaire son image publique en Chine, si elle parvient à satisfaire ses premiers clients d’Alibaba comme elle réussit à le faire avec ses clients aux États-Unis.

Pour certains spécialistes marketing qui ne jurent que par le ROI (retour sur investissement), la vente de voitures sur Tmall et d’autres sites tiers, ne sera prometteuse qu’à la condition qu’elle puisse convertir les visites en ventes. Une observation un peu simple, à notre avis, bien qu’il est vrai que la vente en ligne de voitures est un métier en soi.

Ces experts mettent en question la capacité de Tesla à adapter ses techniques de vente directe en ligne pour les besoins des consommateurs chinois, qui sont habitués à profiter d’un meilleur service chez les concessionnaires et encore davantage pour les clients des voitures haut de gamme ou particulières.

Le fondateur de Tesla, Elon Musk, empocha  plus de 100 mi de dolars lorsqu'il vendit ses parts de Paypal à Ebay et risqua toute la somme dans ses fusées spatiales (SpaceX). Il risqua toute sa fortune et échoua deux fois avant de réussir le 3e lancement. Cela lui coûta ensuite son mariage : ce fut un des divorces les plus chers de l'histoire.


Le fondateur de Tesla, Elon Musk, empocha plus de 100 mi de dolars en vendant ses parts de Paypal à Ebay et investi toute la somme dans ses fusées spatiales (SpaceX). Il risqua toute sa fortune et échoua deux fois avant de réussir le 3e lancement. Cela lui coûta ensuite son mariage : ce fut un des divorces les plus chers de l’histoire.

Il faudra donc, à Tesla et toujours selon ses détracteurs, plusieurs années d’exploration continue et d’enquêtes sur les habitudes et les préférences d’achat des clients chinois pour pouvoir prétendre occuper une part de marché significative dans le futur.

Une observation que nous ne partageons pas chez Autoréduc. Ce serait, en effet, sous-estimer la capacité de « disruption » d’une startup comme Tesla. S’il y a un constructeur capable de vendre ses véhicules en ligne et de bouleverser rapidement les habitudes, s’est bien la compagnie de Palo Alto qui n’a pas de réseau de concessionnaires à maintenir. C’est justement ce fait là qui empêche encore Tesla de commercialiser ses véhicules dans plusieurs états nord-américains.

Le Model X sera exactement comme annoncé par Elon Musk il y a 2 ans


Le Model X sera exactement comme annoncé par Elon Musk il y a 2 ans

A ce titre, il convient de rappeler que le système de concessions a été créé par les constructeurs américains dans les années 30 pour maximiser leurs revenus dans la distribution de leurs véhicules, la division géographique d’un marché étant, en effet, le  système de distribution le plus rentable pour un fabriquant. Le lobby était déjà tellement puissant à l’époque, qu’il réussi à ce que même la très néolibérale université de Chicago affirme que ce système était le meilleur mode de distribution pour le consommateur, le justifiant, encore aujourd’hui, par le caractère spécial de l’automobile du point de vue de la sécurité.

Il faut savoir que l’automobile est le seul produit dont le prix n’a jamais baissé : dans les années 1960 une Fiat 500 coûtait la même chose qu’un réfrigérateur et ce devrait être le cas également aujourd’hui. Les constructeurs affirment que la raison de l’augmentation constante du prix des automobiles est la complexité grandissante des systèmes de sécurité dans les véhicules, mais il a déjà été démontré plusieurs fois que ce qui fait augmenter le prix des voitures ce sont les « gadgets » que l’on ajoute justement pour en augmenter la valeur et générer une obsolescence du produit, d’où le succès de Dacia en cette période de crise.

Cette valeur qui permet de justifier l’augmentation régulière du prix de l’automobile a, en outre, été maladroitement transférée aux équipementiers ces dernères années, une erreur que les constructeurs commencent à regretter devant l’arrivée de Tesla et autres Google. Mais ça, c’est un autre sujet ;)

Elon Musk devant sa première capsule récupérée. Notez le "scratch" de la rentrée en orbite sur la droite !


Elon Musk devant sa première capsule récupérée. Notez le « scratch » de la rentrée en orbite sur la droite !

Testez gratuitement le service de Personal Shopping d’AutoRéduc !

AutoRéduc lance le comparateur en ligne CarDirect.fr

AutoRéduc lance le comparateur en ligne CarDirect.fr
PARIS, 8 septembre 2014. AutoRéduc lance le comparateur en ligne CarDirect.fr
80% des internautes français utilisent leur smartphone pour rechercher des bons plans sur Internet lorsqu’ils visitent une concession, selon l’agence Netpop (contre 28% il y a un an). Cette visite physique est le « moment de vérité » (ZMOT), comme l’a défini Google, à ne pas rater.

 

C’est forte de ce constat que Carsmarkt SAS, la société qui édite le site d’achats groupés de voitures Autoreduc.com, annonce le lancement de CarDirect.fr, le premier comparateur de prix de voitures neuves et d’occasionCarDirect permet aux internautes de comparer, sur une même page de résultats, les prix des véhicules neufs et d’occasion des principaux concessionnaires et mandataires français et de se faire livrer leur nouveau véhicule à leur domicile avec le service AutoRéduc Fulfilment.
Plusieurs groupes ont déjà rejoint le comparateur et d’autres grands distributeurs devraient confirmer leur participation au programme dans les prochains jours. Du côté des assureurs, le site a déjà conclu un partenariat exclusif avec le groupe Allianz.

 

AutoRéduc lance le comparateur en ligne CarDirect.fr

« Nous avons choisi nos partenaires pour leur professionnalisme et nous savions déjà, à travers notre relation avec eux sur AutoRéduc, qu’ils sont les plus réactifs et sérieux », explique José Senent, directeur des sites AutoRéduc.com et CarDirect.fr. Nous les avons validé à travers notre collaboration sur AutoRéduc.com pendant ces 3 dernières années. Nous apportons, donc, à l’internaute, bien plus qu’un simple comparateur, car nous avons évité les fournisseurs les moins transparents, notamment ceux qui ajoutent des frais administratifs ou de gestion en sus du prix de vente sans le refléter dans la calcul de la remise ». Ainsi, pour devenir partenaire de Cardirect il faut proposer des prix tout compris, sans frais de gestion ajoutés, ou du moins calculer la remise après avoir ajouté ces frais supplémentaires.

 

Pour la partie rémunération du site, les partenaires de CarDirect ne paieront qu’à la performance, c’est à dire uniquement si l’internaute demande à être contacté pour une offre concrète du partenaire. Afin d’améliorer le « taux de transformation », l’internaute sera immédiatement contacté par l’équipe commerciale de CarDirect pour vérifier son intérêt et le qualifier. « C’est la grande valeur ajoutée du site, car nous sommes conscients de l’énorme importance d’une prise de contact avec le client dans les 5 premières minutes, lorsqu’il est encore sur le site », explique son directeur. En effet, selon plusieurs études effectuées aux US, les probabilités d’achat diminuent exponentiellement après les 5 premières minutes ! C’est pour cette raison que le site offre un service premium de qualification téléphonique du prospect afin de le mettre directement en contact avec le partenaire de Cardirect et augmenter ainsi les possibilités de concrétisation de l’achat.

 

CARDIRECT.FR

Du côté technique, le nouveau comparateur est développé en suivant les dernières tendances de design et expérience utilisateur : CarDirect.fr s’offre un site en responsive avec un design qui inspire confiance, adapté sur 5 supports différents (Android et IOS, sur Smartphone et sur tablette) et avec une attention particulière accordée à la vitesse de chargement et à la navigation.  Le souci du détail va jusqu’ au formulaire de contact, créé en respectant le fameux « nombre d’Or« , comme la page d’accueil de Twitter ou la fameuse pomme d’ Apple.  »Les trois années de développement d’AutoRéduc nous ont apporté une maîtrise du numérique et du service client qui a su convaincre nos partenaires. CarDirect répond à une demande croissante de recherche sur le Net qui, pour l’achat d’une voiture, devient de plus en plus mobile, notamment au moment du fameux « ZMOT », à savoir la visite chez le concessionnaire », explique José Senent.

Pour une navigation plus agréable, le site a choisi d’afficher les voitures neuves et d’occasion dans le même résultat de recherche. « Nous souhaitons fournir un résultat simple pour l’internaute et ne pas entrer dans les considérations de véhicules neufs, fiscalement neufs, 0km, occasion récente, etc., car ces différences peuvent être floues, non seulement pour le consommateur, mais aussi dans le droit européen et français », explique le directeur, « A la fin, ce qui compte c’est la réduction et le kilométrage, les véhicules sont devenus une marchandise comme une autre qui, dans 35% des cas, n’est même plus essayée. » Le comparateur de voitures propose également de nombreux filtres qui permettent de faire une recherche par facettes, en sélectionnant un budget, une catégorie ou une carrosserie.

AutoRéduc lance le comparateur en ligne CarDirect.fr

Les comparateurs et les market places, de plus en plus utilisés :
Deux raisons font de CarDirect un site particulièrement innovant dans la distribution automobile :
- Le comparateur est le nouveau réflexe du consommateur numérique. Tous les secteurs sont couverts par ces outils qui permettant d’économiser du temps et de l’argent. Dans la distribution automobile, le recours à un comparateur de prix sera bientôt chose courante. En effet, 80% des internautes français utilisent leur smartphone pour rechercher des bons plans automobiles lorsqu’ils visitent une concession, selon l’agence Netpop, contre 28% il y a un an seulement.
Cette visite physique est bien le « moment de vérité » à ne pas rater, d’autant que 80% de ces consommateurs font des recherches, non seulement sur le stock du marchand, mais également sur ses évaluations.