Achat de voiture, quel moteur choisir ?

L’approche mécanique de la voiture n’est déjà pas le plat préféré de beaucoup d’acheteurs et acheteuses mais, avec tous les changements de fiscalité sur les émissions et les carburants, choisir une motorisation est devenu encore plus compliqué. Voici donc, pour vous guider, certains des aspects essentiels auxquels vous devrez vous référer pour bien choisir votre moteur. 

Quelques éléments clés à avoir à l’esprit avant de choisir son moteur

 

L’ordre que nous avons choisi pour les énumérer n’a pas été laissé au hasard : c’est, en effet, le même que vous trouverez sur le configurateur de notre site Autoreduc.com. C’est aussi l’ordre le plus logique pour bien cerner vos besoins.

Moteur Essence ou Diesel

Le moteur essence est en principe plus fiable et plus confortable, car il offre une conduite plus agréable, avec un niveau de vibrations très bas et donc moins de bruit qu’un moteur diesel d’une puissance similaire. Aussi bien à l’achat qu’à l’entretien (surtout à long terme), l’avantage économique va à l’essence, tandis qu’à la pompe l’avantage est inversé en faveur du diesel.

Le moteur diesel est, quant à lui, surtout plus économique car il consomme moins de carburant et le diesel reste, pour l’instant et malgré les récentes hausses, meilleur marché que l’essence. De nombreux perfectionnements lui permettent aujourd’hui de prétendre aux mêmes performances qu’un moteur essence, même s’il rencontre plus de difficultés à répondre aux nouvelles normes écologiques imposées (surtout la norme Euro 6). Le diesel, en outre, souffre plus des conduites urbaines à bas régime et il est donc surtout à privilégier pour les automobilistes parcourant plus de 15000 km par an.

Boîte à vitesses manuelle ou automatique

Bien que la plupart des français et françaises choisissent, contrairement aux américains, une boîte à vitesses manuelle, nous constatons dernièrement, chez AutoRéduc, une demande croissante de boîtes automatiques et ce, même avec des moteurs essence !

Ce phénomène s’explique, d’après nos experts, pour quatre raisons :

1. L’engouement croissant pour les SUV (sport utility vehicle), ces faux 4×4 urbains avec leur style de conduite plus « cool » parce que surélevée, font que leurs adeptes finissent par s’intéresser à la boîte automatique.

2. Les constructeurs français ont rattrapé le retard qu’ils avaient dans la qualité des « boîtes auto », surtout par rapport aux allemands et n’ont presque plus rien à envier au numéro 1, le bavarois BMW.

3. Les changements de perception du diesel comme combustible plus « écologique » que l’essence (les dernières études montrent que, bien qu’émettant moins de C02, les particules, notamment le NOx, sont plus nuisibles que l’essence et sont émisent en plus grande quantité qu’annoncé par les constructeurs).

4. Les changements de fiscalité du diesel qui, inévitablement, deviendra autant imposé que l’essence (c’est déjà le cas en Belgique), le font bien moins intéressant, surtout pour une utilisation normale. En conséquence, ces changements entraîneront une plus forte dépréciation des véhicules d’occasion avec moteur diesel par rapport aux véhicules essence, puisque la demande pour ces derniers augmentera considérablement.

La puissance du moteur

Si, dans la plupart des cas, il ne constitue qu’un simple choix passionnel, la puissance du moteur offre à votre voiture des potentialités parfois bien utiles qui pourront s’avérer indispensables pour, par exemple monter certains cols de montagne avec un véhicule bien chargé, ou tout simplement si l’on voyage souvent avec toute la famille.  Si, donc, vous avez besoin d’un moteur puissant, sachez qu’il vous en coûtera plus à l’achat comme à l’entretien, mais qu’il tiendra plus longtemps qu’un moteur trop forcé.

Le start and stop

Le S&S est un dispositif qui éteint automatiquement le moteur lorsque le véhicule est arrêté quelques secondes, par exemple dans les feux rouges. Notez que les constructeurs ont introduit ce dispositif de série dans la plupart de leurs nouveaux modèles pour réduire les émissions afin d’atteindre les objectifs fixés par la communauté européenne mais qu’il  n’est pas apprécié de tous les automobilistes.

Combien de cylindres pour son moteur ?

Plus le nombre de cylindres augmente, moins il y aura de vibrations et meilleures seront les performances. Attention néanmoins à la consommation qui augmentera en conséquence.

Quelques éléments clés à avoir à l’esprit avant de choisir son moteur

Le moteur à trois cylindres permet d’abaisser la consommation, les rejets de CO2 et la puissance fiscale des véhicules qu’il équipe. Il répond à la norme Euro 6. La plupart des défauts qui freinaient son succès sont désormais corrigés. Il équipe fièrement les voitures suivantes : Ford Focus 1.0 EcoBoost (un moteur qui a reçu énormément de bonnes critiques), Kia Rio et Picanto, Smart ForTwo, Peugeot 107 et 208, Renault Clio 4 et Captur.

Les moteurs à quatre cylindres sont les plus courants car ils représentes un bon compromis vibrations/souplesse/encombrement/poids/rendement/complexité/coût.

Aller au-delà de 4 cylindres implique une dépense considérable et une nette augmentation de la consommation du carburant.

En conclusion : La  réflexion sur les caractéristiques des moteurs pourrait aller bien au-delà de ces quelques points qui constituent, pourtant, l’essentiel des préoccupations du commun des acheteurs.  Libre à vous, ensuite, si vous souhaitez en apprendre plus, de vous documenter sur la disposition des cylindres, le nombre de valves, la constitution du moteur en acier ou en aluminium, avec courroie de distribution ou chaîne, avec ou sans  bouton de  démarrage Start/Stop, etc. Vous découvrirez, par exemple, les mythiques moteurs V12 américains et les non moins performants 6 et 8 cylindres allemands…

Vous recherchez une voiture au meilleur prix ? Visitez-nous sur AutoRéduc : grâce aux achats groupés, vous l’obtiendrez à prix de gros et nous la livrerons devant votre porte !

Essai du nouveau Nissan Juke 2014 : avantages et inconvénients

AutoRéduc a testé le nouveau Nisan Juke restylé : un SUV atypique avec un nouveau style !

Le nouveau Nissan Juke arrive avec un nouveau moteur, un plus grand coffre et des traits renouvelés. Une remise à jour qui s’imposait après 4 années de franc succès !

Avec plus d’un demi-million d’unités écoulées dans le monde depuis 2010, le crossover de Nissan est le plus vendu dans son segment. Une première place que le nouveau Juke restylé devra maintenir devant de nouveaux concurrents comme le Renault Captur, le Peugeot 2008 ou la Kia Soul.

Essai du nouveau  Nissan Juke 1.2 DIG-T 2014.

Nouvelle motorisation

Son nouveau moteur essence 1,2 litre turbo DIG-T (conçu par Renault) devrait rencontrer beaucoup de succès. Il équipera la majeure partie des nouveaux modèles en boîte manuelle ; le second choix est un moteur essence 1.6 turbo ou un diesel 1.5 dCi, plus propre. Il faudra hélas choisir entre, soit la traction avant et la boîte manuelle, soit la traction intégrale et la boîte de vitesses automatique CVT.

Equipement de pointe

Le Juke 2014 est désormais équipé de caméras assurant une visibilité à 360 degrés, d’avertisseurs d’angle mort et de franchissement de ligne blanche et, dernière technologie automobile chez Nissan, la connectivité totale avec smartphone grâce au Nissan Connect à bord.

Espace habitacle et coffre

L’espace de rangement d’entrée de gamme dans les versions à deux roues motrices est passé de 251 litres à un bien plus confortable 354 litres, soit 40% de plus ! Cet espace est gagné en partie sur la zone passagers arrière qui se trouve dès lors forcément réduite.

Essai du nouveau  Nissan Juke 1.2 DIG-T 2014.

Design intérieur et extérieur

Un kit de personnalisation, comprenant divers éléments intérieurs et extérieurs, a été ajouté, sans frais, sur les modèles principaux : Acenta et Tekna. Le kit se décline en quatre coloris : noir, jaune, rouge ou blanc. Cette agréable personnalisation s’ajoute au large toit ouvrant illuminant l’habitacle. Le logo Nissan à l’avant se voit agrandi pour apporter une petite retouche externe.

Les plus et les moins

La suspension a été modifiée mais, point négatif, la voiture s’agite sur les passages avec des bosses prononcées et ne supprime pas les secousses sur les « nids-de-poule » et autres crevasses. Néanmoins, sur la plupart des routes, le Juke reste supérieur à ses principales rivaux.

Deuxième point, alors que la motorisation a réussi à coupler l’agressivité recherchée dans ce segment avec la douceur d’une conduite urbaine, la finition intérieure n’es pas à la hauteur sur le beau SUV de Nissan.

Conclusion

Les modifications apportées au nouveau SUV franco-nippon ne lui donnent pas tant d’avance sur la concurrence mais, en le rafraichissant, lui permettent de bien tenir dans peloton de tête !

Vous recherchez un Nissan Juke au meilleur prix du marché ? Testez gratuitement le service de Personal Shopping d’AutoRéduc !