Le Kadjar se fabriquera à Pampelune

Renault est en train d’utiliser toute la puissance des réseaux sociaux pour présenter le Kadjar, son premier Crossover compact.

Le nouveau « Qashqai » de Renault, dévoilé ci-dessous, sera assemblé à Pampelune en Espagne, dans l’usine que le constructeur possède dans la capitale de Navarre. L’Espagne produit déjà le Captur, mais dans l’usine que Renault possède à Valladolid.

Le Kadjar se fabriquera à Pampelune

Pas de Made in France donc pour ce modèle, dont l’arrivée devra permettre à Renault de continuer son offensive dans le segment des SUV avec le beau succès du Captur et complétant ainsi son offre avec ce Crossover compact, qui fera donc « concurrence » au Nissan Qashqai de son allié Nissan.

Le Kadjar se fabriquera à Pampelune

On se demande souvent quelle technique utilisent les constructeurs pour inventer les noms de leurs modèles, une tâche de plus en plus difficile et qui a une réelle importance dans le succès commercial des lancements. Renault explique que le nom Kadjar vient de « Kad », faisant référence aux Quads, et « Jar », pour agile et jaillir.

Le Kadjar se fabriquera à Pampelune

Le constructeur a créé le « hashtag » #Kadjar pour dévoiler petit à petit les premières images du nouveau Crossover.

Le Kadjar se fabriquera à Pampelune

Les voitures qui ont longtemps la cote chez leurs propriétaires

Que pensent les conducteurs trois années après avoir acheté une voiture neuve ? La satisfaction est-elle au rendez-vous ? Est-elle la même, qu’ils aient opté pour une Porsche ou une Toyota, par exemple ?

JD Power, analyste spécialisé dans les études de fiabilité des voitures, nous donne l’aperçu des problèmes auxquels les propriétaires de voitures ont été confrontés sur les trois premières années après l’achat.

Les critères de l’étude se répartissent comme suit : 27% pour l’attractivité du véhicule qui comprend la performance, le design, le confort et les fonctionnalités, 25% pour le coût d’entretien qui comprend la consommation de carburant, l’assurance et les frais de service ou réparation, 24% pour la qualité et la fiabilité du véhicule et, enfin, 23% pour la satisfaction du service.

Les voitures qui ont longtemps la cote chez leurs propriétaires

Selon JD Power, le pourcentage total des acheteurs de véhicules sur le marché allemand (et par extension européen, pour sa relative similarité en ce qui nous concerne) utilisant internet pour acheter leur véhicule a augmenté de 72% en 2014 et de 70% en 2013. Le choix d’offres de voitures sur Internet est si vaste en offres et en fournisseurs qu’il fera perdre, aux concessionnaires les moins compétitifs, l’essentiel de leur clientèle de proximité.

Les marques qui récoltent le plus de satisfaction sur une échelle de 1000 points sont :

- Porsche (835 pts)

- Toyota et Volvo (818 pts)

- Mercedes (811 pts)

- Skoda (805 pts)

- Mitsubishi (800 pts)

- Volkswagen (799 pts)

- Mazda (794 pts)

- BMW (793 pts)

- Kia (790 pts)

- Mini et Seat (789 pts)

- Audi (786 pts)

- Nissan (781 pts)

- Honda (779 pts)

- Peugeot (778 pts)

- Ford (777 pts)

- Suzuki (776 pts)

- Opel (774 pts)

- Smart (774 pts)

- Citroën (772 pts)

- Hyundai (769 pts)

- Renault (766 pts)

- Dacia (756 pts)

- Chevrolet (731 pts)

- Fiat (729 pts)

Porsche occupe la première place de ce classement avec ses 835 points réalisés grâce à l’accent que la marque porte sur ​​la qualité, la fiabilité et l’attrait de ces véhicules. Ce n’est pas pour rien que l’on dit que la Porsche est la seule « Supercar » pour tous les jours. Toyota et Volvo sont à ex-aequo avec 818 points chacun, suivis par Mercedes-Benz avec 811 points. Notons qu’il s’agit là d’une moyenne que les marques récoltent sur l’ensemble de leurs modèles évalués. Ainsi, pris à part, c’est la Toyota Avensis qui reçoit le meilleur score de 848 points et occupe la première place dans le segment des berlines de taille moyenne, suivie par la Skoda Superb, avec 840 points et la Mercedes Classe C avec 820 points.

Voici les autres résultats de l’étude de JD Power pour l’Allemagne, par catégorie :

Les voitures qui ont longtemps la cote chez leurs propriétaires

Mini-citadines :

- Volkswagen up! (825 pts)

- Toyota Aygo (801 pts)

- Smart Fortwo (774 pts)

Citadines polyvalentes :

- Toyota Yaris (823 pts)

- Citroën DS3 (814 pts)

- Kia Rio (813 pts)

Berlines compactes :

- Seat Leon (823 pts)

- Kia Cee’d (812 pts)

- Toyota Auris (811 pts)

Routières :

- Volvo V70/XC70 (833 pts)

- Mercedes Classe E (821 pts)

- Audi A6/RS6/S6/A6 allroad (810 pts)

Miniespaces :

- Opel Meriva (804 pts)

- Nissan Note (784 pts)

- Citroën C3 Picasso (776 pts)

Monospaces compacts :

- Mercedes Classe B (824 pts)

- Seat Altea/Freetrack/XL (817 pts)

- Volkswagen Touran (804 pts)

SUV compacts :

- Kia Sportage (836 pts)

- Mitsubishi ASX (828 pts)

- Ford Kuga (819 pts)

Grands SUV

- Volkswagen Touareg (842 pts)

- Porsche Cayenne (840 pts)

- BMW X6 (837 pts)

Vous recherchez une voiture au meilleur prix ? Achetez-la sur AutoRéduc : grâce aux achats groupés, vous l’obtiendrez à prix de gros et nous la livrerons devant votre porte !

Essai du nouveau Nissan Juke 2014 : avantages et inconvénients

AutoRéduc a testé le nouveau Nisan Juke restylé : un SUV atypique avec un nouveau style !

Le nouveau Nissan Juke arrive avec un nouveau moteur, un plus grand coffre et des traits renouvelés. Une remise à jour qui s’imposait après 4 années de franc succès !

Avec plus d’un demi-million d’unités écoulées dans le monde depuis 2010, le crossover de Nissan est le plus vendu dans son segment. Une première place que le nouveau Juke restylé devra maintenir devant de nouveaux concurrents comme le Renault Captur, le Peugeot 2008 ou la Kia Soul.

Essai du nouveau  Nissan Juke 1.2 DIG-T 2014.

Nouvelle motorisation

Son nouveau moteur essence 1,2 litre turbo DIG-T (conçu par Renault) devrait rencontrer beaucoup de succès. Il équipera la majeure partie des nouveaux modèles en boîte manuelle ; le second choix est un moteur essence 1.6 turbo ou un diesel 1.5 dCi, plus propre. Il faudra hélas choisir entre, soit la traction avant et la boîte manuelle, soit la traction intégrale et la boîte de vitesses automatique CVT.

Equipement de pointe

Le Juke 2014 est désormais équipé de caméras assurant une visibilité à 360 degrés, d’avertisseurs d’angle mort et de franchissement de ligne blanche et, dernière technologie automobile chez Nissan, la connectivité totale avec smartphone grâce au Nissan Connect à bord.

Espace habitacle et coffre

L’espace de rangement d’entrée de gamme dans les versions à deux roues motrices est passé de 251 litres à un bien plus confortable 354 litres, soit 40% de plus ! Cet espace est gagné en partie sur la zone passagers arrière qui se trouve dès lors forcément réduite.

Essai du nouveau  Nissan Juke 1.2 DIG-T 2014.

Design intérieur et extérieur

Un kit de personnalisation, comprenant divers éléments intérieurs et extérieurs, a été ajouté, sans frais, sur les modèles principaux : Acenta et Tekna. Le kit se décline en quatre coloris : noir, jaune, rouge ou blanc. Cette agréable personnalisation s’ajoute au large toit ouvrant illuminant l’habitacle. Le logo Nissan à l’avant se voit agrandi pour apporter une petite retouche externe.

Les plus et les moins

La suspension a été modifiée mais, point négatif, la voiture s’agite sur les passages avec des bosses prononcées et ne supprime pas les secousses sur les « nids-de-poule » et autres crevasses. Néanmoins, sur la plupart des routes, le Juke reste supérieur à ses principales rivaux.

Deuxième point, alors que la motorisation a réussi à coupler l’agressivité recherchée dans ce segment avec la douceur d’une conduite urbaine, la finition intérieure n’es pas à la hauteur sur le beau SUV de Nissan.

Conclusion

Les modifications apportées au nouveau SUV franco-nippon ne lui donnent pas tant d’avance sur la concurrence mais, en le rafraichissant, lui permettent de bien tenir dans peloton de tête !

Vous recherchez un Nissan Juke au meilleur prix du marché ? Testez gratuitement le service de Personal Shopping d’AutoRéduc !

Google vs Apple : la «guerre des voitures»

Carplay et Ferrari : le software et le hardware. La Ferrari FF est le premier véhicule équipé du Carplay de Apple.


Carplay et Ferrari : le software et le hardware. La Ferrari FF est le premier véhicule équipé du Carplay de Apple.

La rivalité entre les systèmes d’exploitation d’Apple et de Google est un signe de plus dans la course que se livrent certaines entreprises de technologie s’aventurant dans le secteur de l’automobile, tant et si bien que certains n’hésitent plus à parler de guerre entre les deux sociétés.

L’émergence des technologies Apple et Google dans le domaine de la connectivité automobile oblige les différentes marques de fabricants de voitures à prendre parti entre les deux géants et de ce fait à privilégier l’un ou l’autre de leur système d’exploitation. D’autant qu’avec des noms comme Google et Apple, la différence se jouera certainement à la fine pointe du high tech…

Comment alors les démarquer ?

La «bataille» s’est enclenchée quelques jours après la présentation par Google d’ »Android Auto« , concurrent du « Car Play » d’Apple dans le domaine de la « synchronisation automobile avec téléphone mobile pour la navigation et l’interaction par ordre verbal ou tactile ».

Quelques heures seulement ont suffi à plusieurs grandes marques automobiles pour dévoiler leur alignement, conscientes que cet élément sera bientôt déterminant pour bien acheter sa nouvelle voiture :

Ferrari, Mercedes, BMW, Citroën, Jaguar, Land Rover, Peugeot et Toyota ont ainsi choisi de travailler exclusivement avec le « Car Play » d’Apple.

Quant à « Androïd Auto » de Google, l’ont rejoint : Acura, Bentley, Infiniti, Maserati, Renault, SeatSkoda et Volkswagen. Toutes, en plus d’une vingtaine d’autres marques, font désormais partie de l’ »Open Automotive Alliance« , permettant à leur conducteurs d’accéder à la plateforme Android via sa révolutionnaire interface.

Et, comme dans toutes les guerres, certains font les suisses :) et préfèrent rester «neutres» pour ne pas fermer les portes à un système d’exploitation particulier et pouvoir travailler avec les deux à la fois. C’est le cas de Abarth, Alfa Romeo, Audi, Chevrolet, Chrysler, Dodge, Fiat, Ford, Honda, Hyundai, Kia, Mazda, Mitsubishi, Nissan, Jeep, Opel, Ram, Subaru, Suzuki et Volvo. C’est à notre avis le choix le plus logique et cohérent, puisqu’une automobile se devra d’être compatible avec tous les systèmes.

Partant de ce classement provisoire, il est difficile de conclure sur une tendance préférentielle claire des constructeurs automobiles, si bien qu’ Audi a annoncé vouloir travailler avec Car Play tandis que Volkswagen, le groupe automobile propriétaire d’Audi, préfère l’option exclusive avec Android Auto.

A noter que Microsoft, avec sa « Microsoft Embedded Teconolgy » et Blackberry, qui équipent les systèmes de plusieurs constructeurs comme Ford et Fiat, ne vont probablement pas réussir à suivre cette course folle à la connectivité et se retrouveront très bientôt hors combat.

Autoreduc- Google vs Apple  la «guerre des voitures»

Une vraie guerre commerciale se livre donc en ce moment pour un enjeu qui va au-delà de la connectivité : la mobilité tout court…