Beepi lève 300 mi et entre dans le club très fermé des licornes !

Beepi, la plateforme américaine de vente de véhicules d’occasion entre particuliers, réalise une levée « monstre » de 300 mi avec une valorisation à 2 milliards de dollars.

 

Capture d’écran 2015-05-30 à 16.19.26

Un an seulement après son lancement, la startup californienne, dont le « Business modèle » est très semblable à AutoRéduc-Occasions, surprend les spécialistes avec une levée de fonds impressionnante.

Beepi entre, ainsi, avec Uber, Airbnb et autres Snapchat, dans le club très fermé des licornes (Unicorn en anglais), ces quelques 90 startups valorisées à plus d’un milliard de $.

           AutoRéduc Occasions

AutoRéduc Occasions

Mais qu’est-ce qui fait le succès de cette nouvelle startup ? Comme AutoRéduc, les américains de Beepi proposent la livraison du véhicule jusqu’au domicile du client sur un petit camion ou plateau, avec la mise en main effectuée sur place. Mais, surtout, les deux sites proposent à leurs clients de vendre leur ancien véhicule directement à un autre particulier, sans intermédiaires, le site agissant en tiers de confiance pour l’expertise et la remise du chèque.

Seuls AutoRéduc, en France et Carspring, en UK, proposent, en Europe, ce nouveau service de plateforme sécurisée pour la vente de VO entre particuliers, appelées en anglais « Full stack startups » ou encore « End to end marketplaces »

Comment se déroule une reprise de voiture ?

Chez AutoRéduc, nous avons lancé notre plateforme sécurisée en 2014, suite aux premiers essais très intéressants des startups californiennes Shift, Tred et Carvana (bien que cette dernière soit en réalité un simple site marchand déguisé). Shift a été fondée il y a deux ans par deux ex « Googlers » et a levé 20 mi. Draft, quant à elle, est une startup de YC (l’accélérateur Y-Combinator) qui a levé 8 mi pour proposer des essais de voiture à domicile et a récemment pivoté vers le VO (véhicule d’occasion). Toutes ont des business modèles légèrement différents avec, selon les cas, le dépôt du véhicule en consigne ou le stock virtuel.

De notre côté, nous explorions, depuis quelque temps et en secret, le modèle des agences automobiles, en vogue en France actuellement, qui essaient d’appliquer, dans la distribution automobile, le modèle des agences immobilières. Mais, nous ne voyions pas l’intérêt de copier un modèle qui s’était fait justement « tuer » par les réseaux de mandataires immobiliers indépendants, système sur lequel repose le concept d’AutoRéduc-Occasions.

C’est l’expertise acquise récemment avec notre plateforme de phoning OrbiCall, qui gère les appels sortants des plus grands réseaux de mandataires immobiliers en France, comme Capi France ou Propriétés-Privées, qui nous a permis de mettre au point notre nouvelle plateforme VO.

orbicall

Fidèles à notre philosophie, nous avons tout financé en interne, en mode « Bootstrapping », mais c’est cette attitude « spartiate » qui nous a permis de trouver des solutions rentables et « scalables » dès le début. C’est cette même philosophie qui nous a permis de nous lancer en pleine crise automobile et qui ne permettra de survivre lorsque cette deuxième bulle internet explosera…

Comme il était prévisible, les allemands de Rocket Internet se sont empressés de lancer un copycat de Beepi en UK, le site Carspring. Lancé il y a un mois, le site n’est pas vraiement actif et semble, en réalité, proposer du stock marchand au lieu de voitures de particuliers.

Les teutons de Rocket apprendront bientôt que, s’il y a bien un secteur dans lequel il est fondamental d’avoir une parfaite expertise c’est bien le secteur automobile et nous croyons qu’ils ne sont pas près de répliquer leur système de copycat et croissance agressive dans notre secteur, si ce n’est par acquisition. Certes, ils sont déjà présents dans la petite annonce automobile avec Carmudi, qui se déploie dans les pays émergents, mais vendre des voitures, d’occasion en plus, est un vrai métier.

Comment se déroule une reprise de voiture ?

Nous sommes donc persuadés que, soit Rocket soit Beepi, vont vouloir nous racheter pour avancer plus vite et ne pas avoir à mettre en place tous les process, qui sont extrêmement compliqués. C’est pourquoi, vu que nous ne pourrons jamais tenir face à leur budget marketing, nous nous empressons de nous déployer à l’international pour développer notre marque et prendre des parts de marché, mais ceci sera annoncé très bientôt dans un autre article de blog.

De notre côté, nous avons l’avantage de compter sur des experts indépendants pour l’expertise des véhicules à domicile, alors que Beepi a ses propres employés, et nous vendons également des véhicules neufs, ce que ne peuvent faire les américains.

Le nôtre est donc, nous le pensons, un modèle plus adapté à l’Europe, car il apporte une possibilité de croissance rapide et une vraie transparence pour acheteur et vendeur.

Expertise de Ferrari réalisée par AutoRéduc Occasions avec historique du véhicule, chiffrage de remise en état, essai routier et conformité administrative


Expertise de Ferrari réalisée par AutoRéduc avec historique du véhicule, chiffrage de                                            remise en état, essai routier et conformité administrative

Après une première phase de tests très positifs sur notre site Autoreduc.com, nous avons choisi de compléter notre « pivot » et consacrer le plus gros de notre activité à cette nouvelle tendance C2C ou Peer to Peer.

Le marché est, en effet, juste colossal, puisque le marché de l’occasion à particulier est 4 fois plus important que le neuf et que 60% des transactions sont réalisées entre particuliers sans aucune sécurité  !

La majorité des consommateurs sont prêts à acheter leur prochaine voiture en ligne !

La majorité des consommateurs sont prêts à acheter leur prochaine voiture en ligne !

Selon la dernière étude d’Accenture sur l’automobile et le e-commerce, 75 % des automobilistes songeraient à réaliser la prochaine acquisition de leur véhicule intégralement en ligne. Seul le site Autoreduc.com offre cette possibilité en Europe pour l’instant.

Il est vrai que cette étude ne nous surprend pas, puisque sinon nous n’aurions pas lancé AutoRéduc, il y a maintenant 5 ans. A l’époque (oui, 5 ans sur Internet est beaucoup de temps :) ), de nombreux spécialistes nous prenaient pour des excentriques et se demandaient comment nous allions faire pour vendre des voitures neuves sur Internet.

AutoRéduc livrera ses voitures par drone

Nous savions déjà alors que, bientôt, jusqu’à 98% des consommateurs souhaitant acquérir un véhicule feraient des recherches sur Internet pour les aider dans leur décision d’achat. Les dernières études le confirment, les consommateurs se rendant désormais, en moyenne, dans 1.5 concessions au lieu des 4 visitées il y a juste 10 ans !

Ces 4 visites que réalisaient auparavant les consommateurs pour trianguler les différents prix proposés par les concessionnaires et avoir une idée de ce que pouvait être un bon prix, sont devenues superflues avec des sites comme Cardirect.fr ou AutoRéduc, qui proposent déjà le meilleur prix du marché sans avoir à négocier.

La majorité des consommateurs sont prêts à acheter leur prochaine voiture en ligne !

Ces sites, utilisent, soit l’effet « enchère inversée » provoquée par les comparateurs de prix, comme c’est le cas de Cardirect, ou encore la puissance de l’achat groupé, ou « économie de la multitude » pour le cas d’Auto-Réduc.

Nous en parlions dans un autre article, le fameux « Zero Moment of Truth« , terme utilisé par Google pour définir ce « moment de vérité » où le consommateur se décide à acheter, se réalise désormais sur le Net également pour l’achat automobile.

La majorité des consommateurs sont prêts à acheter leur prochaine voiture en ligne !

L’étude d’Accenture, menée auprès de 10 000 automobilistes dans 8 pays, confirme la dernière étude de Cap Gemini Cars Online que nous reprenions également sur ce blog et montre, à nouveau, que plus de 80 % des automobilistes à la recherche d’un nouveau véhicule recourent, sous une forme ou une autre, aux technologies numériques pour se documenter sur leurs modèles préférés.

 

En outre, près des deux tiers des consommateurs (62 %) amorcent le processus d’achat en ligne, notamment en consultant les réseaux sociaux, avant même de se rendre dans une concession.

 

Les consommateurs automobiles sont, par ailleurs, déçus pas l’expérience client sur les sites web des constructeurs automobiles, tandis que les concessions semblent avoir tout simplement décroché dans la course au numérique.

AutoRéduc est le seul site qui permet un achat de voiture 100% en ligne

AutoRéduc est le seul site qui permet un achat de voiture 100% en ligne

Le plus frappant est que les trois quarts (75 %) des personnes interrogées affirment que, si elles en avaient la possibilité, elles réaliseraient l’ensemble du processus d’achat du véhicule en ligne, y compris son financement, assurance, les formalités administratives et la livraison. Un service que seul AutoRéduc offre en ce moment en Europe, avec le paiement du véhicule à distance, les démarches d’immatriculation réalisées entièrement par le site ainsi que la livraison du véhicule, sur remorque, au domicile de l’acheteur.

 

Selon Accenture, au vu des conclusions de l’étude, il apparaît de plus en plus indispensable pour les constructeurs et concessionnaires automobiles de renforcer leur présence numérique, chose cependant plus facile à dire qu’à faire, notamment pour les petits et moyens concessionnaires, au vu de l’accélération des changements dans le e-commerce et des coûts de plus en plus importants pour se faire connaître en tant que marque.

 

Plus de la moitié des automobilistes interrogés estiment encore que des canaux digitaux plus performants pourraient faciliter leur recherche. En l’occurrence, ils réclament des informations plus personnalisées, davantage de démonstrations virtuelles et un plus grand nombre de sites comparateurs.

 

Le comparateur de prix CarDirect.fr

Le comparateur de prix CarDirect.fr

 

Selon Marc Méchaï, Directeur exécutif chez Accenture et responsable du secteur automobile en France « Les nouveaux usages du client numérique bouleversent l’expérience d’achat classique d’un véhicule et l’environnement concurrentiel du secteur automobile (…) l’intérêt manifesté par les automobilistes pour l’achat de véhicules intégralement en ligne ou par le biais de nouveaux mécanismes comme les sites d’enchères tend à démontrer que les constructeurs et concessionnaires devraient étudier de près ces formules ».

 

Pour ce qui est des points faibles du processus d’achat numérique, les automobilistes allemands jugent inefficaces les conseils avant-vente des commerciaux en ligne, tandis que les conducteurs américains estiment que c’est la valeur de reprise du véhicule actuel qui mérite surtout d’être revue, un problème que nous avons solutionné radicalement avec Auto-Réduc Occasions, puisque nous avons développé la 1ère plateforme sécurisée de vente de véhicules d’occasion entre particuliers.

« Que ce soit en Chine, en Allemagne, aux Etats-Unis mais aussi en France, le recours aux technologies numériques pour l’achat d’un véhicule devient de plus en plus habituel et dans certains cas même la norme. De nouveaux modèles économiques sont à inventer pour les constructeurs et concessionnaires s’ils veulent pouvoir tirer parti de cette réalité digitale naissante qui transforme le rapport à la marque et les comportements d’achat des véhicules », conclut Marc Méchaï.

La majorité des consommateurs sont prêts à acheter leur prochaine voiture en ligne !

La « startup » Tesla a trouvé son business model

Par José Senent, fondateur, AutoRéduc.com

Il y a quelque temps j’expliquais sur LinkedIn pourquoi je considère toujours Tesla comme une startup, malgré sa taille et son âge. Je réagissais à un « post » d’un spécialiste en énergie et automobile qui ne voyait aucun futur à Tesla à cause de son manque de rentabilité et j’expliquais à mon interlocuteur que l’on ne peut pas exiger à une start-up d’être profitable, car cela impliquerait une mauvaise gestion de son CEO.

La "startup" Tesla a trouvé son business model

En effet, une startup doit tout réinvestir pour atteindre l’ »hyper-croissance » que ses investisseurs lui demandent (x10 en 3 ans). Un bénéfice serait, par conséquent, une assignation sous-optimale de ses ressources. C’est un débat récurrent pour toutes les grosses sociétés du Net, comme Amazon, par exemple.

Mon interlocuteur répondit qu’il y a longtemps que Tesla n’est plus une startup à cause de son âge : 11 ans. Je répliquai alors avec la définition la plus connue de « startup », celle du grand spécialiste en la matière, Steve Blank, créateur du mouvement « Lean Startup » et professeur d’entreprenariat à l’université de Berkeley. Steve a notemment écrit le « must read » pour entrepreneurs : « The 4 steps to the Epiphany ».

Voici sa définition de startup : « Une startup » est une organisation temporaire à la recherche d’un business model soutenable et scalable ». Cette définition est très importante pour tout entrepreneur et est, hélas, constamment ignorée par les investisseurs européens « early stage » ou d’amorçage, les fameux « business angels » qui, se comportant souvent plutôt comme des banques au lieu de prendre des risques, faute de manque de vision, d’expertise ou de « guts », exigent aux startups d’avoir un Business Model prouvé avec traction et chiffre d’affaires conséquent, chose absurde puisque, pourquoi alors « lâcher » 30% de sa « boîte » quand on est déjà à ce stade proche de la profitabilité ?

Ceci est une discussion que je ne me lasse pas d’aborder lorsqu’on me dit que, si nous voulions, nous pourrions lever des fonds pour AutoRéduc. Malheureusement ce « glamour » des startups est provoqué par ces levées de fonds, recueillies par les médias spécialisés, dont les journalistes n’ont pas assez de bagage pour reconnaître les vraies pépites, à savoir les startups qui peuvent tenir en mode auto-financement aussi longtemps que possible pour créer plus de valeur. Car, en vérité, y a t-il de quoi être fier d’avoir vendu le 30% de la prunelle de ses yeux à des inconnus, incapables par ailleurs de créer un business ?

La "startup" Tesla a trouvé son business model

Voilà donc que mon entrepreneur préféré, Elon Musk, probablement la personne que j’admire le plus au monde, entame un « pivot » impressionnant pour sa société Tesla, un pivot que nous prédimes depuis plusieurs mois sur notre blog, dès que nous entrevîmes les possibilités de la méga-usine de batteries que Tesla construit dans le Nevada.

Le constructeur californien de voitures électriques annonce donc, maintenant, vouloir révolutionner l’entreposage et la consommation d’énergie grâce à des batteries géantes qui, connectées à des panneaux solaires, permettront une autonomie énergétique complète à familles, sociétés et villes entières.

Vidéo de présentation de Tesla Energyhttps://youtu.be/yKORsrlN-2k

Premières photos de la méga-usine de batteries de Tesla

La révolution verte est enfin en marche : non seulement les ménages et les entreprises pourront entreposer de l’énergie pour palier aux éventuelles coupures de plus en plus fréquentes aux US en été comme en hiver, mais l’on pourra également enfin consommer une énergie verte illimitée et ce, n’importe où, puisqu’il ne sera pas nécessaire d’être connecté au réseau électrique.

Si vous ne vous faites toujours pas une idée de l’impact de cette annonce, pensez à l’arrivée du téléphone portable et imaginez la révolution qui s’annonce dans les pays africains, par exemple, avec 365 jours de soleil par an, une main d’oeuvre et des espaces illimités et les problèmes de déssalinisation et potabilisation enfin résolus.

Voici donc le vrai business modèle de Tesla : la révolution énergétique, entamée avec sa méga-usine de batteries et les panneaux solaires de Solar City, l’autre « start-up » dans laquelle Elon Musk participe en tant qu’investisseur et conseiller.

Il est vrai que le concept de batteries n’est pas optimal et que l’effet sur la demande de terres rares va être terrible mais, en attendant la solution parfaite des réacteurs nucléaires au Thorium que je défend chaque fois que j’en ai l’occasion, les batteries de Tesla nous permettront d’entrer dans cette révolution industrielle, grâce notamment à l’effet « Loi de Moore » que je prédis pour la voiture électrique depuis plusieurs années.

Premières photos de la méga-usine de batteries de Tesla
Vous comprendrez donc maintenant mon admiration pour Elon, qui n’a pas fini de nous étonner, puisqu’il prépare l’envoi du premier homme sur Mars avec Space X, ainsi que son fameux hyper-loop. Cet homme, qui a inspiré le personnage de Iron Man, est une sublimation de ce que peut réaliser l’être humain et, je répète souvent qu’il suffirait de 5 Elon Musk pour résoudre tous les problèmes de la terre.

Alors, puisqu’aucun d’entre nous n’est aussi brillant, joignons nous pour le compléter et révolutionner le monde, il y a tant de choses à faire : politique, administration, enseignement, commerce, choisissez et… entreprenez !

 

Vous aimez aussi les startups ? alors soutenez-nous en partageant cet article :)