Hommage Autoreduc à Ferdinand Alexander Porsche 1936-2012

 

 
Ferdinand Alexander Porsche, petit-fils du fondateur de la marque allemande de véhicules sportifs et créateur de la Porsche 911, est mort, selon une annonce du groupe dans un communiqué de presse.
Selon le patron de l’entreprise, Matthias Müller, "en tant que créateur de la Porsche 911, il avait créé au sein de notre entreprise un nouveau design de la marque, que l’on retrouve encore sur nos véhicules sportifs", dit-il, précisant que "sa philosophie de design de qualité est un patrimoine que nous conserverons dans le futur".
Porsche fabrique aujourd’hui la septième génération de 911 et vient de présenter en janvier dernier à Detroit la dernière version cabriolet.
Né le 11 décembre 1935 à Stuttgart, Ferdinand Alexander Porsche, fils ainé des quatre enfants de Ferdinand Porsche, connu sous le nom de 'Ferry', fils du fondateur de la marque, est décédé à Salzbourg à l’âge de 76 ans. Son enfance fût très influencée par les automobiles, car il passait beaucoup de son temps dans l’atelier de développement et de construction de son grand-père Ferdinand Porsche. 
 
 
Il avait pris la direction du studio de design de la marque en 1962 et lancé la 911, dès 1963, elle allait marquer l’avenir d’une nouvelle ère pour le constructeur. Il s’est également occupé du design du modèle de Formule 1 des années 60, comme la 804 et la Porsche Carrera 904 GTS. 
Au départ, la Porsche 911 devait s’appeler 901, mais la marque française Peugeot avait déjà enregistré ce chiffre, ce qui l’obligea à changer le numéro de son modèle. 
Pendant la décennie des années 70, Ferdinand Alexander Porsche a été le promoteur de la diversification de la marque grâce à la vente d’accessoires comme des montres, des lunettes ou des fournitures de bureau, connus mondialement sous la marque 'Porsche Design'. 
 
Visitez notre mur sur Pinterest en hommage à F.A. Porsche, avec les 7 générations de 911 : http://pinterest.com/autoreduc/autoreduc-ferdinand-alexander-porsche-1936-2012/
 

 

Retour vers le futur avec la nouvelle DeLorean électrique!

 

La Delorean revient du futur avec un moteur électrique et une accélération dignes du film « Retour vers le futur« 

Presque 30 ans après la fermeture de la fabrique, la DeLorean est prête à recevoir une nouvelle vie en tant que voiture électrique.

Prête pour attaquer le marché en début de 2013, l’entreprise à annoncé qu’elle lancerait la nouvelle DMC-EV qui coûtera 90000$ (68 500€) et vise une première production de 300 véhicules. Stephen Wynne est le PDG de DeLorean Motor Company. Né à Liverpool, il déménagea aux Etats-Unis il y a 30 ans pour travailler en tant que mécanicien et devint spécialiste des DMC-12. Le nom de la voiture devint rapidement familier suite à son apparition comme machine à voyager dans le temps en 1985 dans le film Retour Vers le Futur. Après avoir gravi les échelons, M. Wynne devint un businessman très respecté dans l’automobile et acheta les droits de la marque DeLorean en 1995. Depuis, sa société s’occupe de l’entretien et la réparation des 7500 dernières DMC-12.

En marchant dans l’atelier, on ressent comme une impression de nostalgie. À l’intérieur, quelques DeLorean se trouvent dans différents états de réparation. A côté d’une rangée de capots, il explique comment la DMC-EV est inspirée du Roadster de Tesla.  »Nous savons tous que c’est une Lotus qui a été convertie au fil du temps, » dit-il.  »Je me suis juste dit que s’ils pouvaient le faire avec une Lotus, je pouvais le faire avec une DeLorean. J’ai toujours été un fan de voitures électriques. Je pense que c’est là où se trouve notre futur, je ne suis pas un réel fan d’hybrides, je pense que les voitures hybrides ne sont qu’une solution provisoire. Le véhicule électrique est une nouvelle façon de faire, une façon de stocker et déplacer l’énergie. Alors pourquoi ne pas le faire avec quelque chose de beau comme la DeLorean pour emmener votre énergie avec vous? »

Toujours enthousiaste, M. Wynne explique comment l’intérieur de la voiture a été redessiné par une entreprise Californienne.  »Nous avons ajouté un tableau plus moderne, » dit Wynne,  »la voiture à l’origine possède une stéréo AM/FM, mais les cassettes sont dépassées maintenant, alors nous avons ajouté une prise iPhone, une commande de changement de vitesses et un bouton pour ouvrir les portières papillons. »

L’accélération est impressionnante. La DMC-EV atteint les 60mph (97km/h) en 5 secondes et a une vitesse maximale de 120 mph (194km/h).

Que se passe-t-il si la voiture atteint les 80mph (130km/h) ? en référence à la vitesse que la DeLorean doit atteindre dans le film Retour Vers le Futur pour devenir une machine à voyager dans le temps? Et bien vous allez devoir attendre d’en avoir une pour le savoir…

Les batteries de DMC-EV se chargent en 15 heures sur une prise à 110 volts et permettent de parcourir jusqu’à 100 miles (160 km).

Retour vers le passé 

La salle d’exposition de DeLorean regorge d’histoire, des premières brochures originales à un triste régime de retraite. C’est dur rappel de comment une mauvaise étude de marché peut marquer une entreprise.

L’usine de DeLorean ferma en 1982, juste une année après son ouverture, suite à une forte baisse des ventes en raison de longues tempêtes de neige aux États-Unis. L’entreprise a aussi été en proie à des accusations visant le fondateur John DeLorean pour détournement de fonds. Le dernier clou dans le cercueil fut enfoncé lorsque M. DeLorean a été pris par le FBI, accusé d’avoir comploté pour faire passer de la cocaïne sur le territoire des États-Unis en échange de liquidités pour maintenir l’entreprise à flots. Il a ensuite été acquitté. Lorsque la dernière commande fut achevée l’entreprise fut mise en veille et 2000 employés furent licenciés.

Malgré le passé dérangeant de DeLorean, Stephen Wynne reste confiant sur le fait que la nouvelle DMC-EV sera un succès.  »Ce n’est pas à la portée de chacun à cause de son prix, » dit-il, mais elle est assez unique pour que nous y voyons un intérêt au Japon, en Europe et bien sûr aux États-Unis. Retour Vers le Futur a aidé DeLorean a passer les générations. Il y a à cet instant même où nous parlons des enfants qui regardent le film. Il est toujours diffusé quelque part. C’est pas bon ça ? »

Au fait, ne trouvez-vous pas une ressemblance frappante avec la nouvelle Tesla? http://www.autoreduc.com/content/le-fondateur-de-tesla-elon-musk-présente-la-nouvelle-model-x

Les voitures volantes arrivent!

 

Des voitures volantes prêtes à décoller!

•Les hollandais de PAL-V viennent de terminer avec succès leurs vols d’essai

•Les américains de Transition sont sur le point de se présenter au salon de l’Auto de New York

L’Autogire hollandais PAL-V ONE vient de terminer avec succès ses vols d’essai, tout comme son ‘concurrent’ américain Transition, qui est sur le point de faire sa présentation officielle à l’Auto Show de New York. Le rêve de pouvoir sortir au volant d’un engin volant se concrétise de plus en plus.

L’entreprise PAL-V annonce tout juste qu’elle vient de terminer avec succès deux semaines de vols d’essai pour son véhicule volant, appelé PAL-V ONE (Personal Air and Land Vehicule), un tricycle “girocoptère” capable d’atteindre la vitesse de 180km/h sur terre comme dans les airs.

Selon leurs indications, le véhicule peut voler pendant 500km et son autonomie sur terre est de 1200km et fonctionne pour le moment uniquement avec de l’essence.

Ce prototype ne dispose pas encore de licence pour être commercialisé, bien que l’entreprise garantisse qu’il ait été construit pour s’adapter à presque toutes les normes.

Et d’insister sur sa sécurité dans les airs : « c’est un girocoptère très maniable, qui peut voler à de très faibles vitesses et ne peut entrer dans la catégorie des avions, c’est pour cela qu’il sacrifie un peu de sa vitesse »

En revanche, si vous avez 279.000 dollars (presque 210000 euros) et un permis de voler avec des aéronefs de loisir (PPL) peut-être serez-vous intéressé de savoir que le dernier prototype de voiture volante, la Transition, longtemps attendue, est sur le point de faire sa présentation officielle, suite à la réussite de ses tests sur terre comme dans les airs. Elle a en effet obtenu les autorisations nécessaires aux États-Unis.

Le ‘coming-out’ sera durant le prochain New York International Auto Show (NYIAS), le salon de l’Auto de New York, qui se déroulera cette semaine. C’est l’aboutissement de six années de travail pour la société américaine Terrafugia qui a déjà bouclé 100 réservations.

Les deux véhicules ont besoin d’un aérodrome pour le décollage et l’atterrissage (ces engins sont strictement interdits sur les autoroutes autant en Europe qu’aux États-Unis), et d’un permis de vol de loisirs.

Il existe aussi des projets militaires dans le même style, comme le Transformer (Project TX), un modèle de véhicule tout terrain pensé pour se convertir en hélicoptère et qui pourra être manié par n’importe quel soldat.

Des bouchons dans le ciel?

Une question flotte tout de même dans l’air, si vous nous permettez l’expression : et si ces véhicules personnels volants décrochaient soudain un réel succès commercial ? Comme le fait remarquer l’entreprise PAL-V, actuellement les normes qui sont appliquées pour son appareil sont les règles et normes de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (ICAO), bien que des régulations spécifiques puissent survenir, comme ça a été le cas pendant les premières années de l’aviation au début du XXème siècle.

La technologie nécessaire pour appliquer cette future législation et ordonner le nouveau trafic aérien existe déjà, aux dires de PAL-V. Par exemple, il existe déjà une technologie, similaire au GPS, le programme des Autoroutes du ciel (Highways In The Sky, HITS) développé par la NASA et qui permet aux véhicules volants de suivre des couloirs virtuels.

Ce système pourra se compléter avec des radars omnidirectionnels pour prévenir des collisions

Peut-être les aurons-nous un jour sur Autoreduc? Je ne dirais pas non ;)

Google met un aveugle au volant de sa voiture sans pilote!

Ceci pourrait sembler notre poisson d’avril en ce 1er avril mais pas du tout. Si vous avez du mal à imaginer Google piloter une voiture qui fait toute seule son chemin dans du vrai trafic, regardez cette vidéo avec un homme aveugle qui fait ses courses avec la voiture de Google assis à la place du pilote. Steve Mahan dit dans cette vidéo qu’il est “bien au-delà d’être légalement aveugle” avec 95 % de perte de sa vision, il achète des tacos depuis le drive-thru, va chercher son linge au pressing, et parle de combien cette promesse d’indépendance est importante pour lui.

Google a divulgué cette vidéo cette semaine, avec un compteur kilométrique : sa voiture autonome a déjà réalisé 200 000 miles (presque 322 000km) avec tout le pilotage dirigé informatiquement. L’entreprise a préventivement averti les spectateurs que M. Mahan a pris “un itinéraire programmé”. “Nous avons organisé ce test en tant qu’expérience technique, mais nous pensons que c’est aussi prometteur au regard de ce que peuvent être les technologies autonomes qui pourront un jour être offertes si les normes de sécurité sont respectées,” disait Google dans son communiqué.

Un grand chamboulement de la mobilité en perspective! Attendons de voir la première voiture de Apple… Une pensée pour Steve Jobs qui ne pourra pas la créer malheureusement.